COUPS DE COEUR


Petite géographie parisienne


Pour ceux qui habitent la capitale, quelques adresses à partager :
J’aime me promener le nez au vent et me laisser surprendre, mais certains lieux me sont chers. En toutes saisons, je flâne dans le quartier et les Jardins du Palais Royal. Avec des haltes « dangereuses » devant les devantures du gantier Olivier Fabre ou de la créatrice de bijoux Donna Pellini.

Il m’arrive de déjeuner avec mes amis au Royal Valois ou, un peu plus loin, dans le restaurant que Yannick Alleno a ouvert au Palais Brongniart : Terroir parisien. Après une visite au musée du Louvre ou une représentation à la Comédie Française, j’aime boire un thé chez Verlet, au Nemours ou au Fumoir. Dans le IX arrondissement, le Musée Gustave Moreau et le Musée de la vie romantique me sont familiers. J’ai un faible pour les passages couverts autour des grands boulevards. En particulier le Passage Jouffroy, ses bouquinistes, ses magasins de jouets, son hôtel Chopin au charme désuet. Pas très loin, rue d’Enghien, Olivier Galfione a ouvert un excellent centre de yoga : Trini Yoga.

Depuis dix-sept ans, j’habite le quartier Mouffetard et je ne m’en lasse pas. Cours secrètes, jardins, rues animées, marchés, j’ai l’impression de vivre dans un village. Lorsque j’ai envie de faire des infidélités à mon ordinateur, je m’installe à la terrasse d’A verse toujours ou du Saint Médard : « mes » deux cafés ! Je vais aussi Au vietnam, un délicieux restaurant où j’ai l’impression de partir en voyage. Il m’arrive aussi de dîner chez Lena et Mimile, l’une des plus jolies terrasses de la capitale. On se croirait presque sur une scène de théâtre.


Mes récentes découvertes


Entre les heures consacrées à l’écriture, j’aime me promener. C’est ma façon de me ressourcer.
Musées, jardins, endroits méconnus… Les belles surprises sont souvent au rendez-vous. En France et ailleurs…

  • Les nocturnes au Musée du Louvre.
    Rien à voir avec les visites diurnes.
    Très peu de monde et de savants éclairages qui ajoutent à la magie des salles et à la beauté des oeuvres. Arrêts obligatoires aux librairies pour adultes et enfants, ainsi qu’à la boutique des produits dérivés.
  • le Zwinger Le Musée des Beaux Arts et le Zwinger à Dresde. Magnifique !
  • Le Pergamon Museum, à Berlin, dans l’île des musées. Un véritable choc émotionnel en découvrant l’Autel de Pergame dédié à Zeus et Athena, la porte du Marché de Milet, ainsi que la sublime porte d’Ishtar où, à Babylone, aboutissait l’allée des processions.
  • Le Musée des Lettres et Manuscrits,
    222 boulevard Saint Germain, Paris. Un lieu unique pour les amoureux de la littérature et de l’écriture. Des pépites à découvrir.
  • Le Palais Lumière à Evian.
    Les anciens thermes Art Déco ont été réaménagés en un superbe musée. Expositions de grand prestige.
  • Le Musée Louisiana Le Musée Louisiana, à Elseneur au Danemark.
  • Le Musée Anna Ahmatova à Saint Petersbourg, dans l’appartement où vécut la poétesse.
  • La Maison Aragon Triolet, à Saint Arnoult en Yvelines.
  • La Galerie Beyeler, à Bale.
  • A Vienne : le château du Belvédère et ses Klimt ( l'un de mes peintres favoris ).
    Le Leopold Museum et ses Egon Schiele (autre peintre favori ).
    L'Albertina pour ses expositions temporaires de grande qualité.

BIOGRAPHIE

Dominique Marny est née à Paris et elle y a toujours vécu. Actuellement, elle habite une rue animée et pittoresque du Ve arrondissement. Après la naissance de sa fille, elle commence à écrire et à publier des romans historiques ou contemporains. Ainsi que des documents et des albums illustrés.
Parallèlement à son parcours d’auteur, Dominique Marny continue de partager le commissariat d’expositions traitant de thématiques différentes. Elle collabore régulièrement à la revue « Plume ».
A son grand-oncle Jean Cocteau, elle a consacré cinq ouvrages. Elle est aussi vice-présidente du Comité Jean Cocteau.


INTERVIEW

Comment avez-vous commencé à écrire ?
Pour entamer un premier roman, il faut oublier les auteurs que l’on admire ! J’ai eu cette sagesse ou cette inconscience ! Mon désir de raconter m’a fait oublier les obstacles qui pourraient entraver cette aventure ! Si l’on prononce devant moi les mots magiques « Il était une fois…», je ne pense qu’à rattraper la balle au bond et à poursuivre la phrase. Chaque matin, je me réveille en songeant que j’ai beaucoup de chance de pouvoir créer des univers, inventer des personnages, les faire vivre… C’est une drogue contre laquelle des cures de désintoxication répétées ne donneraient aucun résultat.

Vous êtes une Parisienne dans l’âme. Mais vous évoquez aussi la Touraine dans plusieurs de vos romans. Pourquoi cette région ?
Je suis née à Paris et j’y ai toujours habité. C’est MA ville ! Je ne me lasse pas de la parcourir pour en découvrir les trésors cachés. Mais je suis attachée à la Touraine où je passais toutes les vacances scolaires dans la maison de mes grands-parents qui se situait entre Cormery et Montbazon. Au bord de l’Indre, j’ai beaucoup lu et rêvé. Ma grand-mère me racontait la construction de cette maison en 1930, ce qu’elle y avait vécu. Il y avait de nombreux albums de photos prises par mon grand-père, les films qu’il avait tournés. Une manne pour mon tempérament romanesque !

Pouvez-vous nous dire comment vous travaillez, quelles sont vos sources d’inspiration, utilisez-vous beaucoup de documentation ?
Je travaille quotidiennement. C’est le seul secret ! Le matin, je réfléchis à ce que je vais écrire dans la journée. Puis je relis les feuillets de la veille et les corrige. Ensuite, je reprends le fil de mon histoire. Les sources d’inspiration sont multiples : un tableau, les paroles d’une chanson, une image saisie dans la rue, une époque, l’air du temps. Au début, j’ai privilégié les romans historiques : le XIX eme siècle et l’impressionnisme, 1930, 1950. Puis je suis revenue vers le présent pour évoquer des sujets de société. Chaque fois, la documentation est imposante, mais elle nourrit mon imaginaire. Je débute une fiction dès que je me sens aussi à l’aise dans la période à traiter que dans la mienne. Et j’essaie de diluer ce que j’ai appris… Rien n’est plus pesant et ennuyeux que de lire un roman qui tourne au document historique !


PETIT QUESTIONNAIRE

Le don de la nature que je voudrais avoir :
Commander des rêves ( dans une sorte de juke-box ) qui rendraient mon sommeil passionnant

Mon rêve de bonheur :
ne pas perdre ma capacité d’émerveillement

La couleur que je préfère :
Le bleu lapis-lazuli

L'oiseau que je préfère :
l’oiseau de feu

La faute qui m'inspire le plus d'indulgence :
celle qui je n’ai pas encore commise